Mon Panier

Livraison gratuite pour toute commande supérieure à 59 €

Histoire du foulard

Histoire du foulard 

La plupart des articles de mode actuels sont nés d’un besoin quelconque : Les leggings ont été conçus pour apporter plus de chaleur, les chapeaux de paille ont été tissés pour bloquer les rayons du soleil, et les chapeaux « bob » ont été fabriqués pour offrir une protection contre la pluie. Et si les foulards carrés ont également un but pratique (la plupart du temps, ils servent à garder le cou au chaud.), celles en soie – luxueusement douce au toucher et légère – n’ont d’autres fonctions que de compléter une tenue.

 Un foulard pour la reine

Le premier exemple largement répertorié dans l’histoire du foulard remonte à 350 avant J.-C., lorsque la Reine égyptienne Néfertiti portait un modèle finement tissé avec une coiffe. Ailleurs, les hommes romains de l’an 10 de notre ère nouaient des versions en lin appelées sudarium (terme latin signifiant “tissu à suer”) autour de leur cou ou de leur taille pour essuyer ou absorber la sueur. En 230 avant J.-C., les guerriers de l’empereur chinois Cheng portaient des écharpes pour indiquer leur rang. Mais ce n’est qu’au XVIIe siècle que l’utilisation de foulards en soie est devenue une indication de classe et de statut : les soldats croates de haut rang portaient des écharpes en soie tandis que les autres recevaient des écharpes en coton.

Dans ce qui pourrait être considéré comme le premier exemple de paon, Ludwig van Beethoven a été le premier à faire du foulard un élément de mode en 1810, en modifiant son apparence dans l’espoir de séduire la musicienne autrichienne Thérèse Malfatti avec ses costumes, ses chemises et ses foulards en soie. Quelques décennies plus tard, en 1837, la reine Victoria monte sur le trône et c’est sous son règne que les foulards en soie deviennent un accessoire de la noblesse, un symbole de luxe.

Et pour fournir de tels signes de luxe, Hermès – En 1937, la maison de luxe française, qui ne s’était occupée que de brides et de harnais avant de se lancer dans la maroquinerie, présente ce qui deviendra le premier véritable foulard de luxe en soie. Fabriqué avec de la soie chinoise importée – qui était deux fois plus résistante que tout autre tissu à l’époque – le design était basé sur un dessin sur bois de Robert Dumas, qui était un membre de la famille Hermès.

Le foulard a connu un succès immédiat, en particulier auprès des membres de la famille royale et des célébrités. Ainsi, la reine Élisabeth l’ayant adopté comme partie intégrante de son uniforme et le portera jusqu’à la fin de sa vie comme foulard. Mais aussi, Audrey Hepburn, les portait comme foulards ou noués autour du cou (“Quand je porte un foulard en soie, je ne me suis jamais sentie aussi nettement comme une femme, une belle femme”, a déclaré un jour l’actrice.). Et lorsque Grace Kelly s’est cassé le bras en 1956, elle a renoncé aux écharpes fournies par l’hôpital et a fabriqué la sienne avec un foulard Hermès.

Incroyablement orné et détaillé, un foulard Hermès – fabriqué à partir de la soie de 250 cocons de papillons de mûrier – nécessitent 18 mois de travail, depuis les artistes qui le dessinent à la main jusqu’au processus de sérigraphie à la main, qui peut prendre jusqu’à six mois (la gravure des écrans d’impression prend 750 heures). Depuis 1937, plus de 2 000 foulards en soie ont été fabriqués.

Histoire du foulard

Un foulard carré pour les stars !

Toutes les icônes les plus chics que nous connaissons aujourd’hui – Brigitte Bardot, Faye Dunaway, Lauren Bacall, Bianca Jagger et Jackie Kennedy – se sont tournées vers les foulards en soie pour insuffler à leurs looks un glamour sans effort dans les années 50 et 60. Dans les années 70, enhardies par l’esprit de liberté de la décennie, les écharpes en soie sont devenues plus aventureuses dans leur conception, avec des motifs audacieux et des couleurs frappantes. En outre, ces foulards étaient portés comme des couvre-chefs spectaculaires ou autour du cou pour compléter des apparences fluides.

Ils se sont faits discrets dans les années 80 et 90, mais c’est Alexander McQueen qui a été à l’origine de leur retour au milieu des années 80, lorsqu’il a lancé ses très convoités foulards à tête-de-mort sur le podium du printemps-été 2003. Depuis lors, les foulards en soie n’avaient pas été à l’avant-plan de la conscience de la mode – jusqu’à tout récemment.

Pour le printemps-été 2018, Demna Gvasalia a fait s’entrechoquer les imprimés (comme il a l’habitude de le faire), en drapant un foulard en soie sur des imprimés sombres chez Balenciaga, Dries Van Noten s’est intéressé de près aux foulards et a confectionné des tops et des jupes avec cet accessoire, Marc Jacobs a coiffé ses mannequins de turbans soyeux et, enfin, pour compléter sa collection hommage à Gianni Versace, Donatella Versace a donné aux foulards le même traitement d’impression d’archives qu’aux vêtements. Avec l’évolution, du maximalisme et de la fixation incessante de la mode sur le passé, peut-être verrons-nous bientôt des foulards en soie portés comme des couvre-chefs ou noués autour du cou plus tôt que nous ne le pensons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LIVRAISON GRATUITE

Pour les commandes de plus de 59€

DISPONIBLE 24H/24

Notre équipe travaille au plus près de ses clients

Paiement 100% sécurisé

Système de protection et de cryptage SSL

Besoin d'aide ?